Politique éthique

Code d'éthique

Le Congrès national des journalistes professionnels approuve ce CODE D'ÉTHIQUE:

Le Code de déontologie des journalistes, qui établit les règles auxquelles la performance du professionnel doit être subordonnée dans ses relations avec la communauté, avec les sources d'information et entre les journalistes. Du droit à l'information

Article 1 - L'accès à l'information publique est un droit inhérent à la condition de vie dans la société, qui ne peut être empêché par aucun type d'intérêt.

Article 2 - La divulgation d'informations, exactes et correctes, est le devoir des moyens de divulgation publique, quelle que soit la nature de ses biens.

Article 3 - Les informations diffusées par les médias publics seront guidées par la réalité des faits et auront un objectif d'intérêt social et collectif.

Article 4 - La présentation d'informations par des institutions publiques, privées et privées, dont les activités ont un impact sur la vie en société, est une obligation sociale.

Article 5 - L'entrave directe ou indirecte à la libre divulgation d'informations et l'application de la censure ou de l'autocensure constituent un crime contre la société.

Conduite professionnelle du journaliste

Article 6 - L'exercice de la profession de journaliste est une activité à caractère social et d'utilité publique, soumise au présent Code de déontologie.

Article 7 - L'engagement fondamental du journaliste est à la vérité des faits, et son travail est guidé par l'enquête précise des événements et leur révélation correcte.

Article 8 - Chaque fois qu'il le juge correct et nécessaire, le journaliste sauvegarde l'origine et l'identité de ses sources d'information.

Article 9 - Il est du devoir du journaliste:

- Divulguer tous les faits d'intérêt public;
- Lutte pour la liberté de pensée et d'expression;
- Défendre le libre exercice de la profession;
- valoriser, honorer et honorer la profession;
- S'opposer à l'arbitraire, à l'autoritarisme et à l'oppression, ainsi qu'à défendre les principes énoncés dans la Déclaration universelle des droits de l'homme;
- Combattre et dénoncer toutes les formes de corruption, notamment lorsqu'elle est exercée dans le but de contrôler l'information;
- Respecter le droit du citoyen à la vie privée;
- Prestige les entités représentatives et démocratiques de la catégorie;

Article 10 - Le journaliste ne peut pas:

- Accepter l'offre de travail rémunéré en désaccord avec le salaire plancher de la catégorie ou avec une table fixée par votre entité de classe;
- Se soumettre à des directives contraires à la divulgation correcte des informations;
- frustrer l'expression d'opinions divergentes ou empêcher un débat libre;
- Accepter la pratique de la persécution ou de la discrimination pour des raisons sociales, politiques, religieuses, raciales, sexuelles et d'orientation sexuelle;
- Exercer une couverture journalistique, par l'agence dans laquelle il travaille, dans les institutions publiques et privées où il est salarié, conseiller ou salarié. La responsabilité professionnelle du journaliste

Article 11 - Le journaliste est responsable de toutes les informations qu'il divulgue, tant que son travail n'a pas été modifié par des tiers.

Article 12 - Dans tous ses droits et responsabilités, le journaliste bénéficiera du soutien et du soutien des entités représentant la catégorie.

Article 13 - Le journaliste doit éviter de divulguer les faits: - ayant un intérêt personnel ou des avantages économiques; - Morbide de caractère et contraire aux valeurs humaines.

Article 14 - Le journaliste doit: - Toujours écouter, avant de révéler les faits, toutes les personnes faisant l'objet d'accusations non prouvées, formulées par des tiers et insuffisamment démontrées ou vérifiées; - Traitez toutes les personnes mentionnées dans les informations que vous divulguez avec respect.

Article 15 - Le journaliste doit accorder le droit de réponse aux personnes impliquées ou mentionnées dans son article, lorsque l'existence d'erreurs ou d'inexactitudes est démontrée.

Article 16 - Le journaliste doit s'efforcer d'exercer la souveraineté nationale, dans ses aspects politiques, économiques et sociaux, et de faire prévaloir la volonté de la majorité de la société, dans le respect des droits des minorités.

Article 17 - Le journaliste doit préserver la langue et la culture nationales. Application du code d'éthique

Article 18 - Les violations de ce code d'éthique feront l'objet d'une enquête et d'une évaluation par le comité d'éthique.

1 ° - Le Comité d'Ethique sera élu lors d'une Assemblée Générale de la catégorie, au scrutin secret, spécialement convoquée à cet effet.
2 ° - Le Comité d'éthique sera composé de cinq membres dont le mandat coïncidera avec celui du conseil d'administration du Syndicat.

Article 19 - Les journalistes qui ne respectent pas le présent code d'éthique sont progressivement passibles des sanctions suivantes, à appliquer par le comité d'éthique:

- Membres du syndicat, observation, avertissement, suspension et exclusion de l'affiliation syndicale;
- Aux non-membres, observation du public, empêchement temporaire et empêchement permanent d'adhérer au syndicat.

Paragraphe unique - Les peines maximales (exclusion de l'affiliation, pour les membres du syndicat, et obstacle définitif à l'adhésion pour les membres non syndiqués), ne peuvent être appliquées qu'après un référendum de l'Assemblée générale spécialement convoqué à cet effet.

Article 20 - À l'initiative de tout citoyen, journaliste ou non, ou de l'institution concernée, une représentation écrite et une identification peuvent être adressées au Comité d'éthique, afin de déterminer l'existence d'une transgression commise par un journaliste.

Article 21 - Une fois la réclamation reçue, le Comité d'éthique décidera de son acceptation motivée ou, s'il est notoirement inacceptable, déterminera son dépôt, rendant sa décision publique, si nécessaire.

Article 22 - L'application de la sanction doit être précédée d'une audition préalable du journaliste, objet de représentation, sous peine de nullité.

1 ° - L'audience doit être convoquée par écrit, par le Comité d'éthique, à travers un système qui prouve la réception de la notification respective, et aura lieu dans les dix jours à compter de la date d'échéance de celle-ci.
2 - Le journaliste peut soumettre une réponse écrite dans le délai du paragraphe précédent ou présenter ses motifs oralement, lors de l'audience.
3 - Le non-respect par le journaliste des délais indiqués dans cet article entraînera l'acceptation des termes de la représentation.

Article 23 - Qu'il y ait ou non réponse, le Comité d'éthique communique sa décision aux parties concernées, dans un délai minimum de dix jours à compter de la date fixée pour l'audition.

Article 24 - Les journalistes visés par les sanctions d'alerte et de suspension peuvent s'adresser à l'Assemblée générale, dans un délai maximum de dix jours consécutifs, à compter de la réception de la notification. Paragraphe unique - l'auteur de la représentation a le droit de saisir l'Assemblée générale, dans un délai de dix jours, à compter de la réception de la notification, s'il n'est pas d'accord avec la décision du Comité d'éthique.

Article 25 - L'intention notoire de nuire au journaliste, manifestée en cas de représentation sans fondement nécessaire, fera l'objet d'une censure publique contre son auteur.

Article 26 - Le présent Code de déontologie entrera en vigueur après ratification par l'Assemblée générale des journalistes, spécialement convoquée à cet effet.

Article 27 - Toute modification de ce Code ne peut être faite qu'au Congrès national des journalistes, au moyen d'une proposition signée par au moins 10 délégations représentant les syndicats de journalistes.

Juridique - Avocat: Raphael Guilherme da Silva - OAB / SP sous le n ° 316.914.

CNPJ - 28.872.542 / 0001-73 - Brésil.

Conformément à avec l'article 46, je Loi 9610 / 98 e Loi n ° 5.250 de février 9 de 1967.
Loi sur la liberté de la presse - Loi 2083 / 53 | Loi n ° 2.083, 12 de novembre de 1953.