KAGRA, le détecteur d'ondes gravitationnelles s'ouvre dans le sous-sol de Gifu

Une cérémonie a eu lieu le mois d'octobre 4 dans la préfecture de Gifu pour marquer l'achèvement du détecteur d'ondes gravitationnelles KAGRA qui, selon les scientifiques, jouera un rôle essentiel dans la détection des ondes gravitationnelles générées par des événements cosmiques catastrophiques, tels que la naissance d'un trou noir.

KAGRA dans la ville de Hida sera le quatrième du genre dans le monde. Un réseau de détecteurs situés à des emplacements distants est nécessaire pour détecter simultanément les ondes gravitationnelles et déterminer leur source.

Le KAGRA sera exploité par l’Institut de recherche sur les rayons cosmiques de l’Université de Tokyo, dirigé par Takaaki Kajita, co-récipiendaire du prix Nobel de physique à 2015.

Les observations dans les installations de KAGRA devraient commencer avant la fin de l'année.

La salle d'expérimentation centrale est située sous terre à partir de l'ancien site de la mine de Kamioka, qui contient également le détecteur de neutrinos Super-Kamiokande.

Kajita a reçu son prix Nobel pour sa découverte des oscillations dans les neutrinos atmosphériques, ce qui indique que les particules subatomiques ont une masse. Super-Kamiokande a joué un rôle clé dans cette découverte.

Lors de la cérémonie 4 d’octobre dans les installations de KAGRA, M. Kajita a déclaré qu’il servirait de base asiatique pour le réseau de détection international.

"C’est le résultat de neuf années de travail pour achever l’installation et sera utilisé pour produire des résultats dans la recherche scientifique", a déclaré Kajita.

Albert Einstein a prédit l'existence d'ondes gravitationnelles dans sa théorie de la relativité publiée dans 1916. L'observation directe de la vague devrait attendre un siècle, mais elle a également conduit à l'attribution du prix Nobel de physique à 2017.

KAGRA a une précision qui vous permet d’observer tout changement dans un seul atome d’hydrogène à une distance équivalente à celle qui sépare la Terre du soleil.

Le détecteur consiste en un tube à vide en forme de L, chaque côté mesure 3 kilomètres. Les faisceaux laser seront projetés dans le tube pour détecter les ondes gravitationnelles. Les scientifiques espèrent tirer parti de certaines fonctionnalités de KAGRA pour améliorer progressivement leurs fonctions afin de les aligner sur celles des trois autres détecteurs déjà opérationnels.

Les accords ont été signés à 4 en octobre pour des efforts de coopération entre l'installation KAGRA et l'observatoire LIGO (interféromètre laser) de l'État de Washington et de la Louisiane, ainsi que l'interféromètre Virgo situé près de Pise, en Italie.

source: Asahi

0 0 voter
Évaluation de l'article
je m'abonne
Notifier de
invité

Ce site utilise Akismet pour réduire le spam. Apprenez comment vos données de feedback sont traitées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires